Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/08/2014

Billet "politique locale" No2

C'est les vacances ! Le calme s'est installé. Il peut-être reposant comme inquiétant.

A Guyancourt, la majorité municipale continue l'histoire quelle écrit pour la ville depuis plus de 30 ans. D'ailleurs, elle va installé une borne pour signaler le passage de la 2nd DB qui à libéré notre ville le 24 août 1944, il y a 70 ans. La nouvelle opposition n'a pas réussi à leur imposer un "coup de frein" en début de mandat, ni même un ralentissement. Et la majorité est bien décidé à avancer sans changer de cap. On ne peut pas dire que l'opposition, bien qu'elle s'installe, sache s'opposé et s'imposé. Elle nourrit les rumeurs et autres préjugés. Oubliant de parler des vrais sujets important. On rêverait de les voir s'accrocher à leurs sièges, défendant les électeurs minoritaires et les problèmes majeures. En réalité ils quittent le conseil en pleine séance publique, aux premières attaques. Il serait tant que Ladislas Skura (chef de la liste d'opposition Osons Guyancourt !) résiste aux coups et défende bec et ongle sa légitimité au sein du conseil municipal. Et par son jeune age, qu'il se fasse porte-parole des citoyens guyancourtois de ma génération. On peut conclure qu'en début de mandat, il n'y a pas de débat réelle entre nos élus.

A Saint-Quentin en Yvelines, la nouvelle majorité communautaire s'est installé et l'opposition se sent apparemment condamné de travailler avec. Si pour le moment, peut de changement,  hors contexte politique, semble visible. L'avenir sera tout autre. La CASQY (Communauté d'Agglomérations de Saint-Quentin en Yvelines) doit préparer son extension. En effet pour répondre à la réforme territoriale, la population doit atteindre les 200 000 habitants, minimum requis. La majorité municipale guidé par Michel Laugier (président de la CASQY), veut nous mener vers Maurepas, la CCOP (Plaisir, Villpreux et les Clayes sous Bois) et la Haute-Vallée de Chevreuse. Un projet d'élargissement du territoire opposé au souhait du préfet des Yvelines. L'opposition ne s'est pas encore exprimé sur le sujet. Du côté des citoyens, un collectif s'est formé pour défendre la colline de la Revanche (Elancourt). Savez-vous que c'est le point culminant d'Île de France ? Une société néerlandaise veut y bâtir une piste de ski dans un hangar réfrigéré. Accompagné d'un complexe commercial, hôtelier, de restauration et de loisirs extérieur. Il est urgent de se mobiliser : amisdelarevanche.zonelibre.info . C'est un vieux projet, une vielle rumeur pour les élancourtois, mais aujourd'hui la CASQY et la mairie d'Elancourt semble déterminé à le concrétiser. Une réunion de concertation à lieu en juillet. Elle a été organisé par la mairie d'Elancourt.

Malgré tout les vacances sont calme. Un calme reposant mais inquiètant...

Tristan 

10/04/2014

Billet "politique locale" No1

C'est parti pour 6 ans de campagne électorale !

Les élus de "Osons Guyancourt !" sont bien décidé à profiter pleinement de leur mandat pour réaliser un meilleur score en 2020. Ils ont donné le ton lors du premier conseil municipal puis confirmé leur but lors du deuxième : venir à bout de la citadelle gauchiste de Guyancourt.

Pour une fois, et ce n'est que le début, hier la séance publique du conseil municipal ne manquait pas de débat. Les élus de l'opposition n'ont pas hésité à poser des questions et faire des remarques à la majorité. Elle sait quels sujets pointé pour faire réagir (salaire du Maire, la baisse des taux d'imposition) et choquer les élus de la majorité (informations sur le refus de conseil générale des Yvelines d'aider financiérement l'association Passerelles, que le Maire ne dispose pas). On peut aussi noter un manque d'argument et de tacte lorsqu'ils citent des textes de lois ou le discours du premier ministre dans un contexte local et qu'ils coupent la parole notamment.

Du côté de la majorité, les élus réagissent bien et se montre plutôt enseignent fâce aux jeunes élus. C'est bien dommage, lorsque Philippe Chancelier propose de faire un sondage sur la qualité des services qu'offre la ville, que le maire réponde par l'un des mauvais arguments socialiste : Il existe par le scrutin du 23 mars 2014. Ce mandat s'annonce mouvementé !

Tristan