Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/10/2016

François Deligné 2002-2016

DSC_0081.JPG

"Le salaud !" Tel est l'insulte qui fût ma première réaction, hier soir, quand j'ai appris la démission de François Deligné à ses fonctions de maire de Guyancourt. Ce n'est pas une parole gratuite, bien qu'elle soit violente, laissez-moi vous expliquez...

J'avais dis, dans un article écrit sur mes 20 ans de guyancourtois, que si je devais retenir un nom de mes vingt premières années à Guyancourt ce serait le sien. C'est toujours vrai, ça le restera. Pourtant, François Deligné m'a déçu en s'adonnant au pire des gestes : la trahison. J'ai été son élève, un confrère du CME (partage t-il cette vision ?) puis un sympathisant. Fidèle soutient qui n'a pas trouvé d'autres camps qui lui ressemble. Pourtant ses salutations, ses encouragements, ses compliments et ses éloges n'ont de reflets que le pouvoir de lui donner de la légitimité. Il a trouvé en moi un faire-valoir, un outil pour convaincre. Mais quand il s'agit de me venir en aide concrètement où même à un membre de ma famille, il n'y a plus personne. Pas un seul geste contre l'injustice menaçante et bouffante. Il ne subsiste que les sourires hypocrites et les messes basses des soirées politiques...

Ajoutez ceci à son calcul politique au delà de tout éthique démocratique, céder son siège à Marie-Christine Letarnec dans un soucis d'assurer la continuité et logiquement faire ses preuves pour une candidature en 2020. Vous comprendrez que je n'ai pas le cœur à faire un quelconque éloge ou bilan...

Tristan P.

09/10/2016

François Deligné démissione ! Marie-Christine Letarnec demande le siège !

La lettre sera publié officiellement demain mais Antonin Moulart nous la livre ce soir sur le groupe Facebook "Tu sais que tu viens de Guyancourt quand..." :

V_hab_pe.pdf

L'honnêteté voudrait que les électeurs soient prévenue dès la campagne d'un tel calcul politique. Mais quitter le bateau une fois les méfaits accompli est une habitude politique !