Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2016

Quand l'honneur se fait propagande

Avant toute chose, je tiens à préciser de nouveau que je ne suis pas contre de donner "Roland Nadaus" pour nom à un lieu de Guyancourt, c'est même normale tant son rôle pour la ville est considérable. Mais il y a des lieux qui appartiennent à tous, des lieux qui ne doivent pas porter le nom d'un seul homme.

Le Guyancourt magazine No 505 vient d'être publié et est en cours de distribution. Dans les pages des actualités, la municipalité annonce l'inauguration du parvis Roland Nadaus :

capture gm.png

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

Une occasion supplémentaire pour venter cette décision. Des explications qui confirme ce que disait Gilles Breton : la majorité municipale veut simplement honorer une nouvelle fois notre ancien maire. Honorer ? Pas seulement, ce serait trop simple ! Cela permet également à la majorité d’asseoir un peu plus son pouvoir sur Guyancourt : "[...]la ville a choisir de l'honorer au travers de la nouvelle dénomination de son parvis.". Notez l'utilisation du pronom possessif "son" ! J'ignorais qu'un maire construisait des édifices publique pour lui. Non, le parvis n’appartient pas à Roland Nadaus bien qu'il est fait construire. Et quand bien même ce serait la ville, elle n'est incarné, ici, que par les élus. C'est le parvis de la maison commune de tous les guyancourtois, le parvis du peuple. Nadaus en a bien conscience, il n'est pas imbécile.

29/08/2016

Travaux à Guyancourt : bienvenue en absurdie !

Directives de la municipalités ? Décisions de la préfecture ? Préférences de l'agglomération ? Organisations du prestataires des travaux ? J'en sais rien et ça ne change rien à l'affaire. A chaque travaux, ses absurdités en matière de déviation et d’aménagement de circulation piétonne.

Cliquez sur les images pour les agrandir

DSC_0072.JPG

Cette barrière de déviation se situe sur la rue Ambroise Croizat, en amont de la place de l’Église. Comme dans un geste arbitraire, une tierce personne à décidé, non content de signaler simplement une déviation, d'interdire à tout le monde de passer avec simple raison que l'accès au boulevard du Château et fermé à la gente piétonne. Oublions nos envies d'errer devant les douves de Châteauneuf, c'est interdit ! On ne passe pas. Pire encore, habitants de clos de la Ferme de Châteauneuf attendez la fin de la déviation pour rentrer chez vous, à moins de passer sur la route ou par la pelouse. J’espère qu'aucun d'entre vous n'est handicapé...

DSC_0073.JPG

Les murs de la rue des Graviers menacent de s’effondrer (bien que leur état ne soient pas nouveaux), il a donc fallut fermer l’accès au trottoir. Sauf que cette rue n'a qu'un trottoir alors qui aurait le courage de faire un détour pour aller au bout de cette rue ou simplement aux Bois de la Grille dont l'entrée se trouve au milieu de la rue et donc à quelques mètres de cette barrière ? On peut faire quelques efforts le temps des travaux mais six mois ces longs surtout quand aucun travaux n'est fait. Il faut savoir que les pierres et autres cailloux qui tombent ne savent pas s'arrêter à une limite fixé par l'homme : leurs chutes peuvent impacter les voitures qui passeraient par là...

DSC_0074.JPG

Le place de l'Eglise n'en finit pas d'être rénové et y circuler en ce moment est très pénible. Mais le plus grave et scandaleux c'est que l'accès est impossible pour les personnes en fauteuil roulant ou munie d'une poussettes. Les aménagements n'est pas adapté pour elles et l'entrée de la place est munie d'un poteau en plein milieu, de quoi ne pas aller à la mairie. Il ne leur reste plus qu'a prier... ah ben non ! L'église est sur la place...

DSC_0075.JPG

Comme si la place ne suffisait pas, il leur fallait refaire le bitume de la rue Ambroise Croizat. Conséquence : le boulevard du Château est inaccessible aux piétons. Pour ceux qui peuvent marcher il faut faire un détour vers la place de l'Eglise. Pour ceux qui sont en fauteuil roulant ou qui ont une poussette, il faut passer devant le gymnase Maurice Bacquet puis le collège Paul Eluard et enfin devant la piscine André-Pierre Vienot, traverser sur le boulevard Jean Jaurès et le parcourir jusqu'à la place Rogier Oriaux après la police municipale : un sacré trotte (avec tout le respect qu'on doit aux handicapés)... Sinon, ils peuvent passer par la route et risquer un accident !

27/08/2016

L'entrée de Villaroy : la fin d'une belle histoire...

Lors de sa campagne pour les élections municipales de 2016, François Deligné l'avait annoncé et expliqué : l'entrée du quartier de Villaroy  sera construit lors de son dernier mandat. Non seulement la communauté d'agglomération de Saint-Quentin en Yvelines s'est emparé du projet, normale puisqu'elle est maître(sse) d’œuvre, avec insolence mais en plus le projet ne répond pas aux réelles problèmes d'une ville comme Guyancourt.

Pour rappel, l'entrée de Villaroy consiste a urbanisé les terrains en friche longeant les rues Nicolas Le Doux, Philibert Delorme et Marc Bloch. Pour ce faire, seront bâti logements, hôtels, maison médicale, commerces, coulée verte et pôle multimodal.

villaroy 1.JPGIl y a un terrain sauvage le long de la rue Nicolas Le Doux. C'est ici, selon les photos d'architecte présenté par SQY, que se situera le pôle multimodale : bus, taxis et même gare souterraine. Mais également des éléments architecturale comme des bassins et des jets d'eau comme le suggère la photo. Quand je vois l’échec honteux du canal de Saint-Quentin en Yvelines, partant de Montigny le Bretonneux, passant par le centre-ville aboutissant à l'entrée du parc de la Bièvre de Guyancourt, qui est aujourd'hui quasiment asséché et ses jets d'eaux inertes et inutiles depuis dix ans au moins, je n'ai pas confiance en SQY pour le succès de l’œuvre. A Guyancourt, le bassin pourrait attirer un polémique si il n'est pas prévu pour accueillir la vie alors que la vie souhaite s'y développer. A moins qu'il ne sèche régulièrement comme ceux des jardins Paul et Virginie rappelant la laideur de ses fondations artificielles. Sinon, elle assureront un spectacle terrible à l'entrée du quartier.

villaroy 2.JPGLes logements se dressent déjà entre l'avenue Léon Blum et la rue Philibert Delorme. Des commerces et des cabinets médicaux prendront place en dessous des habitations. Ces logements s'inscrivent dans un programme de propriété privée, un programme lui même inscrit dans une politique d’extension de la population guyancourtoise et par conséquence St Quentinoise. Je suis pas adepte du "Chacun chez soi et sus à l'étranger" mais il faudrait déjà assurer un logement convenable et répondre à la demande toujours croissante des guancourtois avant de vouloir loger le reste de la France. De plus, lors du premier tour des élection régionales de décembre 2016, j'ai été assesseur à l'un des bureaux de vote du groupe scolaire Triolet-Lurçat qui se trouve désormais au cœur de nouvelles résidences du Pont du Routoir et c'est celui qui à fait le plus haut score de la ville pour le Front National. Là est le piège, on ne sait jamais de quel bord politique sont les nouveaux venus...

villaroy 4.JPGUne coulée vert longera la rue Marc Bloch pour abouti sur le jardin des Gogottes. Selon le SQYmag, ce sera une zone consacré aux piétons et au cyclistes avec de la végétations, des pontons de bois et un parterre de jet d'eau. De l'eau propulsé par des pompes électrique, j'aurais plus écolo pour ces terrains naturels surtout que l'eau comme jeu c'est saugrenue tant elle se fait rare dans certains coins de la terre et que parfois, quand elle est présente, elle n'est plus potable. Coulée verte, non ! La nature n'y sera que faire valoir moins bien présente qu'au moment où j'écris ces lignes car cette promenade sera agrémenté de pontons de bois et d'une autre matière pour le sol (sable ? gravier ? pierre ?) et d'installations électrique.

Saint-Quentin Yvelines comme Guyancourt s'est écris comme une belle histoire mais à force de bâtir sans relâche on se détruit...

19/08/2016

Billet politique No6 : Ca ne tourne plus rond à Guyancourt !

Selon la presse (la mairie n'ayant pas encore communiquer de date), le 20 septembre 2016 le parvis Roland Nadaus sera inauguré. Au delà de l'hommage que l'on doit à l'homme, le poète et notre ancien maire, c'est un évènement qui démontre que ça ne tourne plus rond au sein du conseil municipal de Guyancourt.

Qui incarne la politique à Guyancourt ? Pour rappel, la définition primaire de ce "gros" mot dit qu'il est relatif à la  vie de la cité et au gouvernement de l'Etat. La vie de la cité c'est les habitants, les commerçants, les associations et les élus. Mais qui fais de la politique ? J'en fais et d'ailleurs nous en faisons tous que nous le voulons ou pas. Nous sommes dans une société ou la vie de la société dépend du gouvernement.

Le gouvernement à Guyancourt c'est le conseil municipal : y siège le maire, y siègent les adjoints du maire, y siègent les conseillers-délégués, siègent les conseiller de la majorité, y siègent les conseiller de l'opposition... Bien que depuis juin les tables de l'assemblée soient disposé en rond, ça ne tourne plus rond dans le gouvernement municipal.

La majorité est fragilisé par des fissures entre les différents courant idéologique de la gauche. Le vote de  la dénomination du parvis de la mairie en fait preuve : quatre élus de la majorité ont voté contre et se sont fortement opposé à cette idées en formulant d'autres proposition (Benoîte Groult, place de la citoyenneté...) et en avançant des arguments (Nadaus n'est pas féministe, le parvis est un bien commun...) qui ont choqué la majorité. Les écologistes et les communistes tentant de faire réagir les socialistes et les sans-étiquettes de leur rang qu'ils vont droit dans le mur. Que plus ils avancent et plus ils détruisent ce qu'ils ont construit, que leurs principes de gauchistes sont trahi par leur pratiques droitistes... Conséquence, une opposition semble se créer dans la majorité.

Quand à l'opposition, on y est habitué : elle est à côté de la plaque. Scindé en deux après avoir fait campagne uni comme un seul homme pour un seul homme, elle est tantôt présente et tantôt inactif. Bref, peu utile à la vie de la cité. A droite on se bas pour des idéologies qu'on ne comprends même pas (le féminisme, la démocratie) et avec un but purement politique de gouverner pour gouverner, rien de citoyen. Au centre, c'est l'opportunisme habituel, ils vont là où se trouvent leurs intérêts et brassent des mots, seulement des mots car des geste il n'y en a pas.

La roue est pantagone mais j'espère qu'elle va tourner...