Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/08/2016

Billet politique No6 : Ca ne tourne plus rond à Guyancourt !

Selon la presse (la mairie n'ayant pas encore communiquer de date), le 20 septembre 2016 le parvis Roland Nadaus sera inauguré. Au delà de l'hommage que l'on doit à l'homme, le poète et notre ancien maire, c'est un évènement qui démontre que ça ne tourne plus rond au sein du conseil municipal de Guyancourt.

Qui incarne la politique à Guyancourt ? Pour rappel, la définition primaire de ce "gros" mot dit qu'il est relatif à la  vie de la cité et au gouvernement de l'Etat. La vie de la cité c'est les habitants, les commerçants, les associations et les élus. Mais qui fais de la politique ? J'en fais et d'ailleurs nous en faisons tous que nous le voulons ou pas. Nous sommes dans une société ou la vie de la société dépend du gouvernement.

Le gouvernement à Guyancourt c'est le conseil municipal : y siège le maire, y siègent les adjoints du maire, y siègent les conseillers-délégués, siègent les conseiller de la majorité, y siègent les conseiller de l'opposition... Bien que depuis juin les tables de l'assemblée soient disposé en rond, ça ne tourne plus rond dans le gouvernement municipal.

La majorité est fragilisé par des fissures entre les différents courant idéologique de la gauche. Le vote de  la dénomination du parvis de la mairie en fait preuve : quatre élus de la majorité ont voté contre et se sont fortement opposé à cette idées en formulant d'autres proposition (Benoîte Groult, place de la citoyenneté...) et en avançant des arguments (Nadaus n'est pas féministe, le parvis est un bien commun...) qui ont choqué la majorité. Les écologistes et les communistes tentant de faire réagir les socialistes et les sans-étiquettes de leur rang qu'ils vont droit dans le mur. Que plus ils avancent et plus ils détruisent ce qu'ils ont construit, que leurs principes de gauchistes sont trahi par leur pratiques droitistes... Conséquence, une opposition semble se créer dans la majorité.

Quand à l'opposition, on y est habitué : elle est à côté de la plaque. Scindé en deux après avoir fait campagne uni comme un seul homme pour un seul homme, elle est tantôt présente et tantôt inactif. Bref, peu utile à la vie de la cité. A droite on se bas pour des idéologies qu'on ne comprends même pas (le féminisme, la démocratie) et avec un but purement politique de gouverner pour gouverner, rien de citoyen. Au centre, c'est l'opportunisme habituel, ils vont là où se trouvent leurs intérêts et brassent des mots, seulement des mots car des geste il n'y en a pas.

La roue est pantagone mais j'espère qu'elle va tourner...

Écrire un commentaire