Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/10/2015

Billet "politique locale" No5 : Un conseil bien agité !

Le 30 septembre 2015, notre conseil municipal a fait sa rentrée en séance publique. La date n'a pas été diffusé, la mairie fût ouverte dix minutes avant le début, l'ordre du jour n'est toujours pas à la disposition de chacun (hormis les abribus et internet), bref, de quoi ce demander si les habitants sont vraiment les bienvenus.

Ce soir là, plus que les autres, le conseil fût très agités. Ce fût très flagrant :

Les missions de planification et d'éducation familiale, le contrat de ville, le conseil citoyen, les chèques loisirs de la CAF, recrutement d'un jeune en service civique, l'AFM-Téléthon et cetera. Le moindre sujet est moteurs de joutes verbales entre Guyancourt Pour Tous et Osons Guyancourt .

En pleine séance, sans qu'elle soit interrompue, et à plusieurs reprises des élus de la majorité, même le maire, sont sortie de la salle des conseils pour discuter ou plutôt négocier. Il faut savoir que les communistes et les écologistes se démarque de jour en jour des socialistes, créant des fissures au sein de la majorité municipale.

Juliette Snitter (EELV) à posé plusieurs questions fondée sous les regards agacé et gêné de François Deligné. Ces questions portaient notamment sur les terres agricoles du hameau de la Minière et un terrain de sport du quartier Europe en voie de disparition.

Cette agitation rend l'ambiance au sein de se conseil détestable. Aussi détestable que ceux qui en sont à l'origine. Cela montre bien que quelque chose ne tourne pas rond dans notre assemblée locale, une assemblée trop éloigné (malgré des efforts) des habitants. Ce qui a toujours marché, ne marchera plus demain...

Tristan

 

 

 

 

Notre PMI est menaçé : signons la pétition !

 

kuGNXNCOchhKdzf-800x450-noPad.jpg

Photo extraite de la pétition

Lors de la séance publique du conseil municipal du 30 septembre dernier. Laurence Trochu, notre élue siégeant au conseil départemental des Yvelines, à exprimé sa confiance au projet de réorganisation des PMI Yvelines et à la politique de suppression. Elle n'a pas été rassurante et n'a donné aucun élément rassurant et prouvant que ce service ne sera pas affaiblie à Guyancourt.

 Au dernières nouvelles, le Maire aurait été reçu par le Vice-Président du conseil départementale chargé de mettre en application le projet de réduction des PMI. Ce dernier lui aurait dit qu'il ne pouvait donner de garantie quand au maintient de la PMI Guyancourtoise. La mairie appelle à une mobilisation encore plus forte. 1300 personne ont signé la pétition dont 377 signature en ligne.

Rappel des faits :

Parce qu'ils ont du procéder à une restriction budgétaire des PMI, nos conseillers départementaux ont décidé de fermer la PMI de Guyancourt. Un choix scandaleurs et incohérent !

Etant donné que guyancourt est une ville familliale dont l'enfance fait partie intégrante de la politique de la ville, il est inconcevable qu'il n'y est plus d'équipement de ce genre pour accueillir les parents et les enfants. Il faut savoir que 1078 consultations ont été faite en 2013 et 773 familles reçu dans notre PMI.

Notre ville ne cèsse de construire des logements afin d'accueillir plus de famille. A quoi bon si elles doivent se déplacer ailleurs pour bénéficier d'un service publique de ce type ? Ne serait-ce pas se foutre de leur gueule ? Imaginez le discours : Venez vire ici mais on vous enlève la PMI...

Pourquoi supprimer la PMI d'une ville comme Guyancourt qui, disons le, déborde de famille qui sont dans leur majorité loin d'être aussi riche que le département ?

Quand à Laurence Trochu, conseillère municipale de Guyancourt et conseillère départementale, elle n'a pas dit qu'elle était favorable à cette fermeture mais elle n'a pas dit qu'elle s'y opposerait.

Pour soutenir notre PMI et s'opposer à sa fermeture, une solution s'offre à nous : signer la pétition !

Cliquez ici pour signer la pétition